DAVID CONTRE GOLIATH

Kyan Chotoku est né en 1870 à Okinawa. Son père, Kyan Chofu, était le Chambellan (1er ministre) du dernier roi des RyûKyû, Shotai.O. Pour renforcer le physique de son fils qui était de petite taille et assez chétif, il lui fit donner une éducation martiale par les meilleurs experts de Tode (karaté), qui se trouvaient pour la plupart dans l’entourage immédiat du Roi ; ils faisaient partie bien souvent de la garde rapprochée du suzerain (Oyadomari, Matsumora) ou dirigeaient même cette garde (Matsumura). Il devint si passionné par l’étude des traditions martiales de Shuri et de Tomari, qu’il finit par transcender sa faiblesse de constitution et apprit à utiliser son petit corps pour dominer un adversaire imposant. Kyan popularisera par exemple de nouvelles manières de s’esquiver en bougeant latéralement plutôt que vers l’avant ou l’arrière.

En quelques années d’entraînement, Kyan maîtrisa rapidement l’essence secrète du karaté en réinterprétant ses principes et en les adaptant à sa morphologie. Sa pratique du karaté fut si intense qu’il développa une puissante énergie de ki et de nombreuses anecdotes en témoignent comme cette histoire, véritable combat entre David et Goliath.

En août 1930, Kyan sensei, Kuwae Ryosei (dernier disciple de Matsumura) et kadala Kori firent une démonstration de karaté-jutsu au Butokuden de Taipei. Avant le début de la démonstration, un japonais au physique imposant du nom de Ishida Shinzou, un 6éme dan de judo, vint leur rendre visite dans les vestiaires. Ishida était l’instructeur de judo de la police de Tapei.

-Je voudrais me battre avec un karatéka pour étudier les valeur de cette discipline !expliqua-t-il. Je ne cherche à tuer personne et dans l’intérêt de la recherche, veuillez s’il vous plaît considérer ma demande.

Bien qu’étant surpris par la proposition inhabituelle d’Ishida, les maîtres de karaté se dirent que décliner son offre poserait bien plus de problème que son contraire. Il y avait aussi le risque de perdre la face, ce qui ne serait pas très bien perçu une fois rentrés à Okinawa. D’un autre côté, cela n’aurait pas servi l’image du karaté de refuser de se mesurer à un judoka; Ils réalisèrent que l’enjeu dépassait la simple confrontation entre un judoka et un karatéka: c’était l’honneur qui était en jeu.

Une fois décidés à accepter l’offre, il leur restait à choisir lequel des trois allait affronter le colosse. Après une brève discussion, Kyan décida que ce serait lui, tout simplement parce que Kuwae était trop âgé et que Kudaka était trop jeune. Kyan ôta son gi (vêtement) de démonstration pour ne pas risquer de l’abîmer et se tint en sous-vêtements face à Ishida.

Presque nu, Kyan paraissait bien frêle en comparaison de son adversaire. Il se relaxa dans une posture naturelle et attentive, puis se prépara à l’engagement contre ce rival plus jeune et plus puissant. Se concentrant sur son ki, Kyan attendit patiemment qu’Ishida vînt à distance de combat. Comme le géant lançait brusquement ses bras pour l’attraper (la façon la plus courante pour un judoka d’attaquer) Sensei recula en neko ashi dachi (position du chat). Juste au moment où le judoka allait se saisir du petit karatéka , Kyan mit son pouce dans la bouche de l’adversaire, Cela aurait pu être un geste dangereux dans des circonstances normales, mais Kyan savait parfaitement où placer son pouce entre l’extérieur des dents et l’intérieur de la joue, pour ne pas être mordu. Saisissant l’extérieur de la joue avec les quatre autres doigts de la main, il tira fortement comme pour arracher les chairs, tout en appuyant fermement sur le pied droit du judoka. Celui-ci se trouva déséquilibré et resta immobile. L’amenant au sol en tirant toujours sur la joue, Sensei lui décocha un coup de poing marteau dans la mâchoire au niveau du mastoïde, s’arrêtant juste avant l’impact. N’ayant jamais rien connu de semblable, Ishida se soumit instantanément tant il était terrifié et sa défaite évidente. Après cette confrontation Kudala, Kuwae et Kyan firent une remarquable démonstration. Ishida dans un bon esprit demanda et reçut de Sensei des leçons tous les jours jusqu’à son retour à Okinawa. Kudaka raconta par la suite que la vraie raison pour laquelle Kyan avait ôté ses vêtements fut de réduire le risque d’être saisi et projeté par le judoka. En effet les sous -vêtements offraient une prise inefficace car ils seraient déchirés.

GJL d’après Shoshin Nagamine

Publicités