UN KARATEKA IRRESPECTUEUX

Au début des années 80, feu Tani Chojiro Sensei, fondateur du Tani ha Shitô ryû karatedô, était déjà un homme affaibli par la longue maladie qui allait l’emporter quelques années plus tard.

Malgré tout, il mettait un point d’honneur à travailler avec ses deshi dans son dôjô personnel de Suma, près de Kôbe, dans la région du Kansai.

Un beau jour se présenta à la porte, un pratiquant Américain demandant à participer à un cours d’essai. Le maître des lieux ayant accepté ce nouvel élève, le cours commença.

Arriva un travail sur le kumite et le nouveau – déjà shôdan – passa avec Tani Chojiro Sensei qui prenait vraiment sur lui malgré la maladie. Homme de faible gabarit, le Sensei se vit vite débordé par ce colosse d’environ 1 mètre 90 pour 100 kilos, jeune et en pleine possession de ses moyens physiques.

La brute épaisse se fit plaisir en frappant le Sensei sous tous les angles pendant que celui-ci tentait de bloquer et d’esquiver durant les deux minutes que dura le kumite.

A la fin de l’exercice, le jeune homme – rigolard – semblait satisfait de lui face au « petit homme » essoufflé qui dut se reposer et laisser un de ses adjoints diriger la suite du cours.

La fin de l’entraînement étant alors proche, le Senpai en charge décida de faire travailler les ippon kumite.

Notre pratiquant fut alors placé dos à un mur du dôjô où il dut subir les attaques successives de la dizaine de yûdansha présents au cours ce soir là.

Les attaques s’enchaînèrent alors, sans contrôle, en guise de leçon…pour manque de respect.

Selon les sources, chaque senpai passa deux fois avant que l’imprudent, en sang, ne tombât K.O.

Deux anciens le tirèrent alors par les chevilles jusqu’à la porte du dôjô et traînèrent le corps inanimé dans la rue. Un autre deshi récupéra les affaires de l’individu dans le vestiaire et les jeta sur ce « petit bonhomme » qui revenait à lui. Il ne remit bien sûr jamais plus les pieds au dôjô du regretté Tani Chojiro Sensei…

Publicités