GUY SAUVIN

Guy Sauvin est un karatéka français né le 4 novembre 1942, actuellement 8ème dan de Karaté.

Il débute par la boxe française avec Mr LAFOND de 1960 à 1963, et fait ses débuts en Karaté avec maître COCATRE ont lieu en 1963.

Il s’entraine à partir de 1964 avec Maître MOCHIZUKI Hiroo, son véritable professeur, parallèlement, il effectue plusieurs stages avec Maître OSHIMA.

Il reçoit dans son dojo parisien, Maître KASE pour des rencontres techniques particulières pendant plus d’un an (93-94). A l’occasion de ses voyages, il rencontre de nombreux Maîtres japonais : – HAYASHI (shito-ryu) – ASAÏ – ABE – YAHARA (shotokan JKA) – IKEDA (Iaï-do)

Il s’entraîne en Taichi et s’initie au Taikiken avec Maurice PORTICHE, ambassadeur de France au Burkina Faso. Après 30 ans au plus haut niveau de Karaté, il dirige de 1997 à 2004 le Parc National des deux Bale du Burkina Faso.

Les animaux sauvages sont sa deuxième grande passion. Son raisonnement l’amène à penser qu’il ‘y a que confronté à la nature que le karatéka peut vraiment évaluer ses capacités. Une de ses anecdotes préférées explique très bien cet manière de penser. Accompagné d’un guide local au Burkina Faso, Guy Sauvin voulu saisir une pierre sur le sol. Son guide le rappela immédiatement à l’ordre, lui faisant remarquer qu’il n’avait pas pris le temps d’observer si quelque animal ou insecte pouvait être caché sous cette pierre. Que se serait-il passé dans le cas où un scorpion ou un serpent soit sous la pierre ? Par cette expérience, Guy Sauvin nous explique que l’état mental de concentration « Sanchin » ne doit pas s’appliquer qu’au dojo, et que les enseignements du karaté sont à mettre en pratique tous les jours.

Comme de nombreux experts, Guy Sauvin considère le karaté de compétition moderne comme un simple jeu. Il ne peut y avoir dans le Karaté-do, ni de recherche de performance comme dans le sport, ni de recherche d’esthétisme comme dans la danse, et cela ne peut pas être un loisir. Sinon le détournement de l’Art Martial ne serait qu’une dérive. aux conséquences non sans danger pour le pratiquant.

Il fonde en 2007, sa propre école de karate-dô qu’il nomme Sei Do Jyuku, ce que l’on peut traduire par « école de la voie de la sincérité ». En 2010, Guy Sauvin fonde le Pro Fight Karaté, pour remettre à l’honneur une forme de compétition trop souvent oubliée en Europe. Le Pro Fight Karaté se veut être la forme qui se rapproche au plus près d’un combat, où -presque- tous les coups pieds/poings sont permis entre deux adversaires : seuls les techniques les plus dangereuses sont interdites, des protections aux membres peuvent éviter de sérieuses blessures. Conscient que cet affrontement reste un sport, Guy Sauvin veut retrouver l’esprit des « vrais » combattants, remettre en avant les qualités de la frappe, et s’éloigner des règles « je te touche, je marque un point » qui sont le plus souvent employées dans les compétitions actuelles.

Guy Sauvin a été trois fois champion de France, deux fois en open en 1964 et 1965 et une fois chez les moyens en 1972. Cette même année, il a par ailleurs été champion d’Europe kumite – 75 kg, troisième en ippon individuel aux championnats du monde et vainqueur lors de ce même événement en kumite par équipe.

1964 : Médaille d’or Champion de France open.
1965 : Médaille d’or Champion de France open, médaille d’or Vainqueur de la Coupe de France
1966 : Médaille d’or Champion d’Europe par équipe
1968 : Médaille d’or Champion d’Europe individuel et équipe.
1972 : Médaille d’or Champion de France kumite – 75 kg.

Médaille de bronze Médaille de bronze en ippon masculin aux championnats du monde de karaté 1972 à Paris, en France. Médaille d’or Médaille d’or en kumite par équipe aux mêmes championnats

Directeur technique fédéral de 1967 à 1980. Directeur technique national de 1980 à 1996 et  président de la commission technique européenne et mondiale de 1988 à 1996.

Publicités