DEPLACEMENTS

On définit les déplacements par l’ensemble des actions effectuées au niveau des appuis durant un assaut, en vue de se positionner par rapport à l’adversaire, de l’attaquer, d’esquiver, de le contrer. Les déplacements se classent en trois catégories:

  • les déplacements en ligne, qui servent à avancer et à reculer avec des amplitudes variables selon l’objectif (attaque, ajustement, esquive) Ayumi-ashi et Tsugi-ashi;
  • les déplacements latéraux, de petite amplitude, qui servent essentiellement à esquiver (en se décalant) Yori (ou yuri)-ashi;
  • les pivots, qui permettent de changer de direction dans tous les angles, en avançant comme en reculant Tai-sabaki.

1. DEPLACEMENTS EN LIGNE (Ayumi-ashi et Tsugi-ashi)

1.1. AYUMI-ASHI (marche naturelle).

C’est un déplacement de grande amplitude, vers l’avant ou vers l’arrière; il consiste soit à avancer la jambe arrière, soit à reculer la jambe avant, afin d’arriver dans une position symétrique par rapport à celle du départ; le déplacement s’effectue avec une bonne flexion des jambes. Il y a traction d’une jambe pour propulser l’autre jambe. Durant la translation, le centre de gravité doit rester au même niveau afin d’éviter de rompre la stabilité et de disperser l’énergie du corps dans le déplacement.

Niveau identique du centre de gravité durant le déplacement

1.2. TSUGI-ASHI (pas chassé).

C’est un déplacement de petite ou moyenne amplitude qui résulte de deux actions : regroupement des appuis, puis propulsion (un pied chasse l’autre). Il s’agit là d’un déplacement rapide, permettant de prendre rapidement l’initiative en combat; il permet de rectifier rapidement la distance, de se déplacer pour l’attaque, d’attaquer directement; on présente toujours le même côté à l’adversaire ce qui peut être intéressant dans certains enchaînements en combat.

Déplacement avant en Tsugi-ashi : un pied chasse l’autre

2 DEPLACEMENTS LATÉRAUX, PAS GLISSES (Yori (yuri)-ashi).

C’est un déplacement de petite amplitude, rapide et puissant en attaque. Il peut s’effectuer dans toutes les directions et consiste à augmenter l’ouverture faciale ou latérale des jambes pour ramener le second appui dans une position semblable à celle du départ.

Dans tous ces mouvements, les pieds glissent au sol, à plat. Le passage du poids du corps d’un pied sur l’autre se fait de façon très progressive, sans heurt. Dans chaque cas, il y a effort alternatif des appuis : traction et propulsion ou vice versa.

Les quatre formes de déplacement en Yuri-ashi, pas glissé

3. LES PIVOTS (Tai-sabaki).

Ils servent à changer de direction pour attaquer, à se repositionner face à un ou plusieurs adversaires, et à esquiver. Le Tai-sabaki est donc l’art d’utiliser son corps en esquivant de façon à canaliser l’attaque de l’adversaire et à le diriger, en utilisant son énergie cinétique, en le maintenant dans un déséquilibre permanent qui permettra la réalisation d’une technique.

Les conseils donnés pour les déplacements s’appliquent, bien évidemment, aux pivots (contact des appuis, glissement au sol, coordination…). A cela s’ajoutent d’autres points essentiels :

  • pivoter sur les jambes légèrement fléchies, genou avancé pour la jambe d’appui;
  • pivot sur une ou sur les deux pointes de pieds, jamais en appui sur les talons;
  • coordination parfaite entre la rotation du buste et celle des appuis;
  • transfert progressif du poids du corps, lorsque l’on pivote sur la jambe arrière;
  • centre de gravité toujours situé au-dessus du polygone de sustentation.

Tai-sabaki