COMBAT SPORTIF

COURS DU 09 OCTOBRE 2010

I – Echauffement

  • sautillements sur place
  • sautillements latéraux en garde kamae
  • idem en alternant et en étant pieds joints à chaque changement
  • sur place : talons fesse puis genoux devant
  • sautillements puis sauts en l’air genoux à la poitrine au signal
  • échauffement de la nuque – des bras – de la taille

II – Technique

  • mae geri normal
  • mae geri avec déplacement du poids du corps sur la jambe d’appui
  • mawashi geri jambe arrière dans un sens puis dans l’autre
  • mawashi avec plus d’engagement – poser la jambe devant
  • idem en alternant à chaque fois
karatétruc : pour ne pas traumatiser la hanche, ne pas donner d’à-coups au retour mais poser la pointe de pied pour bien préparer la rotation suivante.

Le gyaku : coup de poing contraire à la jambe d’appui (technique importante en combat)

  • Travail à 2
  1. Avec un léger sautilllement sur la pointe des pieds, frapper gyaku
  2. idem en cherchant le point de déséquilibre sur la frappe – le pied arrive donc après l’impact
  3. idem mais uke cherche l’esquive à gauche
karatétruc : ne pas donner d’information à l’adversaire – éviter tout mouvement parasite (appel du pied – retrait de la main) – la frappe part de la position initiale des mains.

III – Le coin de l’expert

Intervention technique de Guillaume Prost de Méximieux – compétiteur

Guillaume montre la position fléchie sur les genoux avec centre de gravité équilibré (fudo dachi) – Les jambes fonctionnent alors comme des ressorts – Il montre ensuite ce qu’il appelle la « fausse distance » – Cette distance doit laisser croire à l’adversaire qu’il est près, mais elle lui permet d’éviter les coups ; en revanche cette distance lui permet d’attaquer très rapidement par simple transfert du poids du corps sur la jambe d’appui.

«  Etre trop loin c’est prendre le risque de recevoir un coup de pied– être trop près empêche la progression de l’attaque  ». Il explique ensuite qu’il est important d’avoir une vision globale de l’adversaire – II ne faut pas se focaliser sur un point – Lorsque que l’on place le gyaku poing droit, la main gauche vient en protection pour éviter le mae te de l’adversaire – Le corps se déporte légèrement.

IV – Kumité

  • Travail à 2 en reprenant tous les principes et en cherchant à masquer tous les temps d’appel
  1. randoris souples en n’utilisant que les bras – les keri waza sont interdits
  2. idem en ajoutant les techniques de jambes
  3. randoris souples avec les compétiteurs qui doivent déstabiliser leurs adversaires sans faire d’efforts – ( gestion de l’énergie pour eux – gestion du stress pour les non compétiteurs)
  • travail à 5 – un combattant toutes les 30 secondes dans un espace limité avec 2 assauts minimum – changement à chaque série –
karatétruc : penser à bien expirer pour éviter la fatigue musculaire et le manque d’oxygène.

Georges insiste sur le fait que le combat doit être rythmé pour pousser l’adversaire à la faute –

Les changements de place, les changements de rythme, permettent de créer un moment d’inattention dans la garde de l’adversaire; Guillaume, quant à lui, explique que l’on peut amener un moment d’inattention en enchaînant plusieurs coups de poings au visage pour préparer un coup de pied.