STAGE KARATE JUTSU 2014 [ PARTIE 1 ]

TRAVAIL AU SOL, PAR CLAUDE VALENTIN (6EME DAN FEKAMT)

Pour la troisième année consécutive, le groupe Ain Karaté Jutsu a proposé à ses membres, un stage organisé autour de 4 ateliers tournants au gymnase Cordier à Ambérieu. Les 150 karatékas présents étaient répartis en 3 groupes en fonction de leur grade respectif. De nouveaux clubs ayant rejoint la structure, Franck Faipot a rappelé dans son mot de bienvenue, la genèse du groupe ainsi que les principes fondateurs de la Fekamt.

Le premier atelier a été conduit par Claude Valentin (6ème dan Fekamt) en jujitsu. Claude Valentin propose de réfléchir sur une situation problème : Uke sur le dos, doit se débarrasser de Tori allongé sur lui perpendiculairement. Chacun essaie différentes solutions et (re)découvre que le basculement du bassin sur le côté permet selon le principe du levier, de se sortir plus facilement de l’emprise de son adversaire. Le dégagement n’est ensuite possible que par l’action conjointe de plusieurs techniques. Claude rappelle qu’au sol, il ne faut jamais « contrarier » son adversaire, mais plutôt aller dans son « sens » pour utiliser sa propre force. Il est important de le déstabiliser par un atémi à la tête ou dans les côtes pour provoquer un léger relâchement de sa part. En remontant ses genoux pour modifier son centre de gravité, Uke peut soulever son bassin et glisser son avant bras plié pour faire un point d’appui au niveau de la hanche de Tori. En basculant et en ramenant le bassin d’un coup sec vers sa tête, Il lui est facile de dégager un genou pour ensuite enrouler Tori avec la jambe afin de le retourner sur le dos. Il est important de diriger la tête dans la direction où on veut amener son adversaire. Le verrouillage des bras pendant la rotation permet à Uke de contrôler Tori plus facilement.

 

La deuxième situation est une situation d’étranglement. Tori est à genou entre les jambes de Uke et tente de l’étranger. Situation basique, mais qui nécessite d’agir assez vite, si l’agresseur est puissant dans sa saisie au niveau de la gorge. Là encore, l’important est de choquer violemment son adversaire (pique aux yeux, frappe simultanée sur les 2 oreilles…) pour le perturber. Ensuite Uke saisit de sa main droite, la main droite de Tori par dessus. En effectuant une rotation de la main vers l’extérieur (kote mawashi), Uke se libère de l’étranglement, ce qui lui permet de dégager son bassin d’un coup sec dans la direction opposée où il souhaite faire basculer son agresseur. Il faut faire attention à ne pas trop reculer sa hanche pour la suite. En passant sa jambe par-dessus l’épaule de Tori, il maintient sa clé et vient faire levier avec son pied sous le menton de celui-ci. Si le passage de la jambe est gêné par la tête de Tori, il peut dégager celle-ci en tirant les cheveux ou une oreille vers le haut. En étirant les jambes, Uke coince le bras de Tori dans un étau. Il renforce la douleur de ce dernier par une clé de poignet en exerçant une pression avec son thorax sur la main pliée de Tori (tekubi osae). En appuyant de manière antagoniste sur le coude et le poignet, Uke peut alors libérer sa jambe. Il amène le coude plié de Tori contre son thorax pour faire un point d’appui. En venant glisser son autre main, dans l’espace créé par la clé, pour maintenir le contrôle, Uke se relève sans relâcher son adversaire.

 

 

 ACCÈS PARTIE 2

Publicités