STAGE KARATE GOSHIN MAI 2014

Le stage de karaté goshin dirigé par Franck Faipot (5ème dan fekamt) avait pour thème les kansetsu waza et plus précisément la compréhension des angles articulaires pour bien réussir les clés et autres armlock. De par leur complexité ligamentaire, les articulations mobiles du corps humains (doigt, poignet, coude, épaule, cervicales, genou, cheville…) constituent un point faible qu’il est possible d’exploiter pour contrôler ou pour soumettre un adversaire. Soit on accentue l’amplitude naturelle d’une articulation pour l’amener à un seuil de rupture (hyper-flexion), soit on agit sur les butées naturelles du squelette pour provoquer un déboîtement ou une fracture (hyper-extension). En combinant parfois plusieurs contraintes (rotation, flexion, extension) sur deux ou trois articulations en même temps, on génère des douleurs intenses, mais on peut aussi provoquer des lésions très graves. Il convient donc d’être prudent pendant les entrainements. Fonctionnant sur le principe du levier, un point d’appui est toujours nécessaire pour réussir une clé. Ensuite, il convient de rappeler que l’efficacité d’une clé passe par la mise en synergie de plusieurs facteurs : fluidité, rapidité, rotation des hanches, poussée des jambes. Au-delà de l’utilisation de la force de l’adversaire, il est important d’optimiser tous les gestes qui entrent en jeu pour amplifier sa propre force. Enfin, Franck rappelle que pour se libérer d’une saisie, il suffit d’effectuer une rotation et de sortir entre le pouce et les autres doigts de la main de l’adversaire. Il propose plusieurs exercices simples pour comprendre ces quelques principes. L’idéal est d’être très fluide en optimisant toutes les parties du corps.

Exercice n°1 :

En se déplaçant sur les côtés, en reculant, en avançant se sortir d’une saisie oblique par une rotation du poignet et finir par un shuto uke pour se dégager.

Exercice n°2

Se sortir d’une saisie droite par un uchi uke. Dans cet exercice le coude de UKe bloque celui de Tori dans le dégagement par un effet de levier.

Exercice n° 3

la clé en Z ou yuki chigae. Tori saisit le bras droit de Uke. Celui-ci plaque alors sa main gauche sur celle de son adversaire pour empêcher toute tentative de dégagement de sa part. Sa main droite vient crocheter le poignet de Tori . La rotation interne de la main provoque une flexion du coude ainsi qu’une une rotation externe de l’avant-bras. En tirant vers lui et en poussant vers le bas d’un coup sec, Uke provoque une très violente douleur au membre supérieur. La position des articulations évoque une forme de Z. Franck Faipot montre que les mouvements qui s’opèrent en haut sont reproduits par la partie inférieure du corps (rotation des hanches, abaissement du centre de gravité, ancrage des appuis …)

ct-goshin-mai-14_1

Exercice n°4

Jambe gauche en avant, Tori attaque jodan oi zuki. Uke esquive sur la gauche et bloque avec soto uke droit. Ce bras va servir de point d’appui. Il vient ensuite percuter le coude de Tori avec soto uke gauche  pour prendre en tenaille le bras de son adversaire. Franck montre que la rotation du poignet pendant le soto uke gauche s’effectue sur l’articulation au moment de l’impact. En tirant le bras droit vers soi et en avec poussant le bras gauche, le membre supérieur de Tori subit deux contraintes antagonistes très douloureuses.

Tout en gardant le contact, Uke agrippe très rapidement le bras de Tori avec ses deux mains par-dessus. Sa main droite saisit son poignet tandis que dans le même temps sa main gauche se place au niveau de la pliure du coude. En effectuant le mouvement du soto uke, Uke remonte le bras de Tori en direction de son épaule, tout en tirant vers lui au niveau du coude. Ayant placé son pouce sous le poignet de son adversaire (point d’appui), il produit une pression sur le dessus de la main pour effectuer une clé de poignet (tekubi osae). En poussant le coude de sa main gauche vers l’intérieur, Uke déséquilibre Tori et le fait chuter sur l’arrière.

Exercice n°5

Tori jambe gauche en avant attaque jodan oi zuki. Uke bloque jodan juji uke (blocage en croix). En saisissant son poignet de la main droite, il l’emmène en hikité et avec sa main gauche il effectue une pression au niveau du coude pour créer un point d’appui. En avançant comme sur un oi zuki, Uke amène la main droite de Tori derrière l’épaule de son adversaire pour le faire chuter en arrière. La projection finale de l’adversaire étant faite dans l’esprit d’un coup de sabre. Elle correspond à la technique shiho nage que l’on retrouve en aïkido ou en jujutsu.

Exercice n°6

Tori saisit Uke à la gorge. En effectuant un transfert de poids de corps sur la gauche, pour faire relâcher la prise, Uke attrape la main droite de son adversaire par-dessus avec sa main gauche. En pivotant, il effectue une torsion de la main pour placer le bras de Tori en extension puis bloque le coude de son adversaire en remontant son bras droit à l’équerre pour créer un point d’appui. Sa main droite vient agripper sa main gauche pour produire un effet de levier sur le coude de Tori en s’abaissant d’un coup sec.

Exercice n°7

Uke saisit la main de Tori, en plaçant ses deux pouces sur le dos de la main. La prise de la main rappelle la prise d’un sabre. En soulevant le bras de son adversaire, il se glisse dessous et ressort en effectuant une torsion du poignet et de l’avant-bras en poussant vers le haut. En le pliant au niveau du coude, l’avant-bras de Tori subit ainsi une torsion suivant un axe vertical. L’angle idéal se situe à environ 90 degrés. Afin d’éviter une riposte de Tori sur un pivot, Uke bloque le dos de celui-ci avec son coude gauche. Cette technique qui correspond à Kote hineri peut servir à séparer un agresseur et sa victime (exercice à trois).

 Le stage se termine par une variante sur hara gatame . S’agissant d’un okuden, cette technique n’est pas dévoilée.

Tori : Thierry Simon – Uke : Franck Faipot

Commentaires : Jean-Luc Gaudet